Démystifier le cerveau (Joëlle Lavoie)

Que sont les péistes devenus?

Après avoir gradué du PEI en 2003,  j’ai entrepris un DEC en sciences de la nature au Cégep de Rimouski et mon intérêt marqué pour les sciences de la vie m’a ensuite menée à l’Université du Québec à Trois-Rivières, où j’ai complété un baccalauréat en biologie médicale en 2008. Avide d’élargir mes connaissances sur le cerveau, j’ai débuté une maîtrise en neurobiologie à l’Université Laval avant d’effectuer un passage accéléré au doctorat en 2009. J’ai défendu ma thèse de doctorat avec succès en avril 2014 et  j’occupe maintenant un poste de chercheure postdoctorale en psychiatrie moléculaire à l’Université Johns Hopkins à Baltimore.

            Je me passionne à démystifier les mécanismes moléculaires impliqués dans le déclenchement des troubles psychotiques comme la schizophrénie. Dans mon quotidien de chercheure, j’identifie des problématiques et je tente d’élaborer les meilleurs protocoles possibles pour répondre à mes interrogations. Pour mener à bien mes recherches, je dois, entre autres, faire preuve de créativité, de curiosité intellectuelle, de sens critique, d’ouverture d’esprit et d’une grande précision dans ma méthodologie.

Avec le recul, je constate que mon expérience au PEI a été très bénéfique pour mon développement personnel et professionnel et que plusieurs notions acquises dans ce programme me sont encore fort utiles aujourd’hui. À titre d’exemple, j’ai appris très tôt à organiser mes idées, synthétiser mes connaissances, développer des méthodes de travail, communiquer adéquatement mon savoir, planifier mon agenda et collaborer avec mes pairs. Aussi, en étant sensibilisée à l’importance de l’implication bénévole, je continue à m’engager dans ma communauté en prenant part à des activités de vulgarisation scientifique, en organisant des conférences ou en étant membre de plusieurs comités. De plus, mon ouverture sur le monde m’a amenée à collaborer avec des scientifiques provenant, outre du Québec et du Canada, des États-Unis, du Japon, de la France, d’Israël et de l’Italie.

Faire de la science est un métier captivant qui demande beaucoup de rigueur et de dévouement et il va de soi que le désir d’apprendre que j’ai développé au PEI a grandement contribué à la réalisation de mes objectifs de carrière.

Joëlle Lavoie, Ph.D., cohorte finissante 2003

Pour joindre Joëlle : joelle_lavoie@hotmail.com

P.-S. : Le PP de Joëlle portait sur la migration des oiseaux de proie dans le Parc national du Bic.

Ce contenu a été publié dans Que sont devenus nos péistes?, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire